De la production à l’origine de vos aliments

Labels, marques, signes de qualité, certifications : comment s’y retrouver ?

 

Vous êtes convaincus que l’Agriculture Biologique est LE moyen de bien manger. Vous privilégiez les produits locaux et de saison chez l’agriculteur du coin. Vous faites confiance aux Appellations d’Origine Protégée ou au Label Rouge. Et le commerce équitable dans tout ça ? Vous achetez les yeux fermés ou vous scrutez les étiquettes. Mais connaissez-vous les différentes subtilités des labels et certifications en matière d’alimentation ? Explications et ressources pour mieux comprendre et choisir en conscience, selon vos valeurs et votre sensibilité ! 

Du mode de production de vos aliments ….

 

Les labels BIO à la loupe

Un label BIO est une certification délivrée par un organisme indépendant visant à valider le respect d’un cahier des charges précis. Il permet de garantir au consommateur l’absence de l’usage de pesticides dans le mode de production des aliments (ou cosmétiques) et la présence quasi-inexistante d’OGM. Il indique aussi la qualité et l’origine du produit (agriculture française, européenne ou hors Union Européenne). Le plus ancien est le label AB créé en 1985 par le Ministère de l’Agriculture qui est la marque officielle française, et sa déclinaison européenne (depuis 2009), avec le logo de « l’euro-feuille verte ». Le label AB concerne les aliments de provenance animale ou végétale qui contiennent au moins 95% de produits biologiques. Les traitements médicamenteux sont limités et le bien-être des animaux doit être garanti par un accès à un espace en plein air.
Ils garantissent également la non-utilisation d’OGM (même si depuis 2007, 0.9% d’OGM sont autorisés sous forme de traces accidentelles). 

Depuis 2010, le label Bio-Cohérence va encore plus loin en s’appuyant sur le cahier des charges européen de l’Agriculture Biologique et en garantissant la provenance française des produits. 

De l’agriculture biologique à la biodynamie 

A côté de ces certifications garanties, d’autres marques co-existent, portées par des collectifs de type associations de producteurs et de consommateurs. Le label Nature & Progrès créé en 1971 et le label international Demeter, créé en 1974, s’appuient sur le label biologique européen, mais vont plus loin en promouvant une agriculture biodynamique (issue du courant philosophique et scientifique porté par son fondateur Rudolf Steiner) incluant des valeurs d’équité, de proximité, d’autonomie et de partage en prenant en compte les aspects sociaux, économiques et environnementaux des exploitations biologiques. 

Autre dimension, le commerce équitable 

Depuis 2004, l’organisme Fair Trade lutte contre la paupérisation des petits producteurs des pays en voie de développement et promeut une juste rémunération de leur travail. En développant le label Label Max Havelaar, il devient le pionnier du commerce équitable. Les dimensions sociale et humaine font partie intégrante de ce label pour garantir une éthique plus juste sur des produits de grande consommation (café thé, riz…). Mais il ne garantit pas nécessairement une production biologique. 

Il faut pour cela se tourner vers les produits Bio Partenaire et Bio Equitable qui se basent sur la réglementation européenne en matière d’agriculture biologique en intégrant des critères humanistes pour un commerce équitable et une juste rémunération des producteurs. 

Et l’agriculture raisonnée ? 

Après des décennies de production agricole intensive, il n’est pas toujours évident pour des agriculteurs de revenir à une production 100% biologique. Le Ministère de l’Agriculture a créé la certification « Haute Valeur Environnementale », inscrite dans le Code Rural. Cette certification est une démarche de progrès agro-écologique. Volontaire, accessible à toutes les filières, elle est construite autour de quatre thématiques environnementales : la protection de la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation, la gestion de la ressource en eau. Et conçue selon trois niveaux de progression environnementale. Pour encourager chaque exploitation à concilier agriculture et environnement. Une autre manière de s’engager, en prenant en compte la transition écologique tout en assurant la rentabilité économique et la dimension sociale dans les exploitations. 

… à leur qualité gustative et leur origine. 

 

Si l’on vient de détailler les modes de production, il faut maintenant s’intéresser à la qualité gustative et à l’origine des produits alimentaires. Et la France est la pionnière depuis le début du 20ème siècle, en consacrant la notion de terroir et ses signes de qualité et de l’origine. Créé en 1936, l’Institut National des Appellations d’Origine, défend les produits issus d’un territoire dont les acteurs ont su au fil du temps, préserver leurs pratiques et garantir une origine, un goût et des modes de production originaux. Ce sont les fameuses Appellations d’Origine Protégée. A celles-là s’ajoutent les Indications Géographiques Protégées, les Spécialités Traditionnelles Garanties et le label Rouge consacrant des produits traditionnels, de haute valeur gustative, décrits précisément dans un cahier des charges établis par les groupements de producteurs dans le cadre d’une réglementation européenne stricte. Ces sigles de qualité et de l’origine font la réputation de nos plus prestigieuses productions et leur renommée. Ils permettent aussi leur protection contre le plagiat et la concurrence déloyale de pays producteurs concurrents. 

Vous l’aurez compris, quand on décide de se plonger dans le panorama des labels et certifications, un peu de lecture s’impose pour bien comprendre les engagements pris par chacun. Et si les plus anciens sont encore les plus connus vous pourrez aussi vous tourner vers les « petits nouveaux » pour cumuler les engagements. Mais ceux-ci ne sauraient être exclusifs, car en matière d’alimentation, il est aussi important de se fier à un label que de connaitre le producteur et ses engagements. Il peut y avoir dans vos choix une volonté de soutenir ceux qui s’engagent dans une démarche de progrès, à l’autre bout de la terre aussi bien qu’à côté de chez vous. Avec ou sans label, l’important reste de décrypter les pratiques en nouant le dialogue avec ceux qui nous nourrissent. 

 

Auteur : Anne-Cécile Audra

Vous êtes producteur ou revendeur de produits locaux? Découvrez notre concept ici.

 

Quand la tomate vient d’ici … et d’ailleurs ! Découvrez notre article ici.